Videos

Press

Février 2019 – Classica – Sarah Léon

L’audace de la jeunesse
“Il n’hésite pas à utiliser la tonalité, à mettre Houellebecq en musique et à déployer un lyrisme tourmenté […] “ Lire l’article

28 février 2019 – Grand Prix Lycéen des Compositeurs – Simon Bernard

Une heure avec Jules Matton
“Il faut désidéaliser l’approche esthétique […]” Lire l’article

2 octobre 2018 – La Revue du Spectacle – Christine Ducq

Jules Matton, l’indompté
“L’opéra peut et doit se saisir de tout. Dans mon prochain opéra, je compte élargir ma palette vers l’utilisation de techniques de tuilage, de phasing, de bandes de sons prélevés dans notre quotidien. À un moment, le personnage principal échoue dans une boîte de nuit étouffante […] avec une masse orchestrale dodécaphonique, aux cordes intégralement divisées, posée sur un beat pulsionnel électrique extrêmement violent.” Lire l’article


6 avril 2018 – Le Figaro – Thierry Hillériteau

La fabuleuse Odyssée de Jules Matton

« A Compiègne, le jeune compositeur signe une version opératique et tout public du récit d’Homère. Aussi rafraîchissant qu’incisif. » Lire l’article

7 avril 2018 – France Musique – La chronique de Thierry Hillériteau

« L’humour caractéristique de Jules Matton[…] Un ambitieux projet, un texte poétique, actuel […] Le quatuor Debussy excellent, la soprano Jeanne Crousot irradiante en Athéna et déchirante en Pénélope […] et surtout le ténor Fabien Hyon littéralement éblouissant en Télémaque […] l’intérêt de Jules Matton pour les voix n’est pas prêt de s’éteindre et c’est tant mieux !  » à écouter


7 avril 2018 – La Croix – Emmanuelle Giuliani

“Fraîche et émouvante, percutante et poétique, l’Odyssée revue par le compositeur Jules Matton et la librettiste Marion Aubert prouve combien la géniale geste homérique peut encore toucher petits et grands.”
Lire l’article



5 janvier 2017

“Jules Matton, 28 ans, compositeur de grand talent”


14 janvier 2016
Jules Matton était l’invité de Frédéric Taddéi dans l’émission Social Club
A réécouter ici


3 décembre 2015
Jules Matton, un compositeur entre France et États-Unis : lire l’interview

Avril 2015 – Interview avec Jules Matton


Portraits

Credits : © Thomas Brunot © Léa Girardin © Victor Toussaint © Anka

Albums

Jules Matton, Livre I – Label Fondamenta
Released April 20th, 2018

At thirty, the composer Jules Matton signed his first recording contract.

This first chamber music disc is signed with the label Fondamenta, (release scheduled for April 20th 2018), alongside musicians Jeanne Crousaud, Yan Levionnois, Guillaume Vincent, Fleur Grüneissen, Pierre Génisson, Rémy David Yulzari and the Debussy String Quartet.

Becoming increasingly sought after worldwide, his music is interpreted by the great musicians of his generation (Jodie Devos, Guillaume Bellom, Thomas Dunford, Justin Taylor, and Bruno Philippe, among others).

Creations

Saison 2017 / 2018


• Création mondiale de L’Odyssée – Théâtre Impérial de Compiègne
– 5 avril 2018 à 10h et 14h
– 6 avril 2018 à 20h30
– 8 avril 2018 à 16h

Opéra pour 12 paysages, solistes, quatuor à cordes et orphelins d’après l’oeuvre d’Homère – Commande du Théâtre Impérial
Télécharger la plaquette de présentation de L’Odyssée
+ d’infos

• 17 avril 2018 à 14h15 et 19h30 – au Théâtre du Beauvaisis Beauvais –
L’Odyssée
+ d’infos

• 20 avril 2018 – sortie de disque

• 20 avril 2018 14h15 et 20h30 – Théâtre Jean Vilar – Saint-Quentin – L’Odyssée
+ d’infos

• 25 mai 2018 – création de la pièce Boire à Lisbonne sur un poème de Mathias Enard pour l’ensemble de Julien Masmondet – Festival au Pays de Pierre Loti / Surgères

• 07 juillet 2018 – Paris Jeunes Talents – L’Hôtel de Soubise
trio flûte, violoncelle, piano “Les nourritures terrestres” par M. Calderini, Y. Levionnois et G. Bellom

Saison 2018 / 2019


• 21 novembre 2018 – Atelier de la Main d’Or
trio pour violon, violoncelle et piano par R. Koblyakov, O. Basse, E. Acurero

• 16-17 décembre 2018 – Opéra de Lille – L’Odyssée
Opéra pour 12 paysages, solistes, quatuor à cordes et orphelins d’après l’oeuvre d’Homère – Commande du Théâtre Impérial

14 janvier 2019 – Boire à Lisbonne sur un poème de Mathias Enard pour l’ensemble de Julien Masmondet – Théâtre de l’Athénée
avec Marion Tassou et Thomas Palmer

• Mars 2019 – Théâtre de la Croix-Rousse (Lyon) – L’Odyssée
Opéra pour 12 paysages, solistes, quatuor à cordes et orphelins d’après l’oeuvre d’Homère – Commande du Théâtre Impérial

• 2 avril 2019 – Théâtre Impérial de Compiègne
Face-à-face de Bergman dans une mise en scène de Léonard Matton

• 4 avril 2019 – Annonce du lauréat du Grand Prix Lycéen des Compositeurs

• Mai 2019 – Opéra de Quimper – L’Odyssée
Opéra pour 12 paysages, solistes, quatuor à cordes et orphelins d’après l’oeuvre d’Homère – Commande du Théâtre Impérial

Mai 2019 – Concerto Baroque pour clavecin amplifié et orchestre
Tournée avec l’orchestre de Picardie et Justin Taylor

• Juin 2019Festival d’Auvers-sur-Oise
Résidence & créations

 

Saison 2019 / 2020


• 2019-2020 – Opéra de Limoges – L’Odyssée

2019-2020 – Festival Amici della Musica Foligno
résidence & créations dont une sonate No.2 pour G. Bellom

Catalog

  • Andante pour sextuor à cordes (2018)
  • Boire à Lisbonne pour soprano et piano (2018)
  • L’Odyssée, opéra pour solistes, chœur d’enfants et quatuor à cordes (2017)
  • Quatuor à cordes en Ut mineur (2017)
  • Siddhartha pour orchestre (2017)
  • Les Nourritures terrestres pour flûte, violoncelle et piano (2016)
  • Si je me couche contre la terre, pour soprano, flûte, clarinette (ou hautbois), violoncelle (ou basson) et piano (2016)
  • Trois nocturnes pour orchestre (2015)
  • Cinq chansons sur des poèmes de Michel Houellebecq pour soprano, violon, deux violoncelles, contrebasse et bol tibétain (2015)
  • Trois pièces nonchalantes pour violon et piano (2015)
  • Trois nocturnes pour piano (2015)
  • Trio pour violon, violoncelle et piano (2014)
  • Sonate pour deux violoncelles (2013-14)
  • Adagio pour cordes (2013)
  • Sonata Mistica pour piano (2012)
  • Concerto pour contrebasse et orchestre de chambre (2012-13)
  • La valse des séraphins pour harpe, flûte, clarinette et cordes (2013)
  • Concerto baroque pour clavecin et orchestre de chambre (2013/15)
  • Le rire du diable pour violoncelle, piano et clavecin amplifié (2012)
  • Essay for Orchestra (2012)
  • Ballade pour luth (2012)
  • Danseuses à la lumière du soir pour piano et trio à cordes (2011/14)
  • Visions new-yorkaises pour piano (2011)
  • Quintette pour clarinette et cordes (2010-11)

Biography

A graduate of The Juilliard School of Music and Dance in New York 2013, Jules Matton was noticed by John Corigliano, who commended the “remarkable talent and impeccable technique” of his student. Jules Matton has been praised for his work on numerous occasions, and among his recognitions are: laureate of the Fondation Marcel Bleustein-Blanchet pour la Vocation (2010), Award of Excellence of the Catholic Institute of Paris (2013), Fondation d’Entreprise Banque Populaire (2015), as well as laureate in 2017 of the Ile-de-Créations competition (Public’s Prize).

As a pianist, trained by Valery Sigalevitch, Jules Matton has also given performances at festivals such as the Vacances de Monsieur Haydn, the European Festival of Young Talents, and the Centre de Musique de Chambre de Paris. Mr. Matton has collaborated with musicians and ensembles such as Jérôme Pernoo, Jodie Devos, Bruno Philippe, Thomas Dunford, Anastasia Kobekina, the National Orchestra of Ile-de France, the Orchestra of Picardy, and the Chapelle Harmonique, among others. He also holds a bachelor’s degree in philosophy from the Catholic Institute in Paris.

In Autumn 2017, Jules Matton, recognised for his strength and great freedom of expression, was named composer-in-residence at the Théâtre Impérial de Compiègne. His first opera, The Odyssey, was premiered in April 2018 in this theatre. A second production has taken place at the Opéra de Lille in December.

At the same time, Mr Matton signed his first chamber music recording contract with Fondamenta, alongside Jeanne Crousaud, Remy David Yulzari, Guillaume Vincent, Fleur Grüneissen, Yan Levionnois, Pierre Génisson and the Debussy String Quartet.

In September 2018, he was nominated for the composition prize: 20th Grand Prix Lycéeen des Compositeurs and will appear as guest composer at the Opus 39 of the d’Auvers-sur-Oise Festival.


Note d’intention

Ask Jules Matton why he went to study across the Atlantic and he will answer that it was to escape the stylistic shackles of the teaching in French conservatories. He will also respond that, despite the shortcomings one may find in American methods, he discovered at The Juilliard School of Music and Dance (New York) a particularly unique freedom of expression and enthusiasm for creation. This learning environment, along with Matton’s deep interest in jazz as well as minimalistic music and the integration of his early passions for Russian and French music, helped him to define, bolster, and further his ambitions as a composer. As for labels, he does not care. “Categorise me wherever you like: you will be wrong”, he claims. “Tonal, atonal, all of this means nothing. There is only one music and it does not care what labels you stick on its forehead.”

Matton’s influences are multiple, and he sees himself also as “a sponge absorbent of the past”. He describes Alfred Schnittke as the greatest composer of the end of the 20th century and sees himself as a grateful devotee of Bach, of Beethoven, Mahler, Shostakovitch, Scriabin, Szymanovski, Ravel, Lutoslawski and Greif, all while maintaining his distinct taste for King Crimson, Pink Floyd, Miles Davis and Keith Jarrett.

Criticism may not fail to point out drastic differences found on the surface of his work, however, those who know how to listen for it will notice a continuous thread in his expressive language, proof of a unique and authentic touch. Clusters, aggressive C major chords, textures thick as a hammer or diaphanous and transparent… His music is a whirl of causticity, tenderness and virtuosity, complex yet simple at the same time.

Let us join Anton Ljuvjine in the Liner Note of Mr Matton’s first record, which is to be released on April 20th, when he states : “We see Jules Matton’s art as a cataclysm […]. Yes, the day rises on our purified souls”.

Gabrielle Oliveira Guyon

News

Highlights

• February 2019 – CHOC Classica
+ d’infos

• April 4th, 2019 – Jules Matton devient Lauréat 2019 du 20e Grand Prix Lycéen des Compositeurs
– Auditorium de Radio France
+ d’infos

• May 2019 – French Premiere of the Concerto Baroque, for Harpsichord and Chamber Orchestra
May 21th: Salle de l’Eden, Hirson
May 23rd: Théâtre Impérial de Compiègne
May 24th: Maison de la Culture, Amiens
Justin Taylor harpsichord Jonathan Berman conducting
Orchestre de Picardie


presseV2


Recent interviews

Février 2019 – Classica – Sarah Léon

L’audace de la jeunesse
“Il n’hésite pas à utiliser la tonalité, à mettre Houellebecq en musique et à déployer un lyrisme tourmenté […] “ Lire l’article

28 février 2019 – Grand Prix Lycéen des Compositeurs – Simon Bernard

Une heure avec Jules Matton
“Il faut désidéaliser l’approche esthétique […]” Lire l’article

2 octobre 2018 – La Revue du Spectacle – Christine Ducq

Jules Matton, l’indompté
“L’opéra peut et doit se saisir de tout. Dans mon prochain opéra, je compte élargir ma palette vers l’utilisation de techniques de tuilage, de phasing, de bandes de sons prélevés dans notre quotidien. À un moment, le personnage principal échoue dans une boîte de nuit étouffante […] avec une masse orchestrale dodécaphonique, aux cordes intégralement divisées, posée sur un beat pulsionnel électrique extrêmement violent.” Lire l’article


Disc Livre 1, released on April 20th, 2018

“A shy cherub, a Carrot Top with a lion’s stare – that’s how Matton comes across. But deep down he’s aware of the sound trashing he’s subjecting us to, as an exulting and often tyrannical satyr. Tit for that: if culture turns out to be much ado about nothing, then art becomes a house of horrors. You can check out any time you like, but you can never leave.”
(Anton Ljuvjine, excerpt of the liner note)

Catalogue

  • Andante pour sextuor à cordes (2018)
  • Boire à Lisbonne pour soprano et piano (2018)
  • L’Odyssée, opéra pour solistes, chœur d’enfants et quatuor à cordes (2017)
  • Quatuor à cordes en Ut mineur (2017)
  • Siddhartha pour orchestre (2017)
  • Les Nourritures terrestres pour flûte, violoncelle et piano (2016)
  • Si je me couche contre la terre, pour soprano, flûte, clarinette (ou hautbois), violoncelle (ou basson) et piano (2016)
  • Trois nocturnes pour orchestre (2015)
  • Cinq chansons sur des poèmes de Michel Houellebecq pour soprano, violon, deux violoncelles, contrebasse et bol tibétain (2015)
  • Trois pièces nonchalantes pour violon et piano (2015)
  • Trois nocturnes pour piano (2015)
  • Trio pour violon, violoncelle et piano (2014)
  • Sonate pour deux violoncelles (2013-14)
  • Adagio pour cordes (2013)
  • Sonata Mistica pour piano (2012)
  • Concerto pour contrebasse et orchestre de chambre (2012-13)
  • La valse des séraphins pour harpe, flûte, clarinette et cordes (2013)
  • Concerto baroque pour clavecin et orchestre de chambre (2013/15)
  • Le rire du diable pour violoncelle, piano et clavecin amplifié (2012)
  • Essay for Orchestra (2012)
  • Ballade pour luth (2012)
  • Danseuses à la lumière du soir pour piano et trio à cordes (2011/14)
  • Visions new-yorkaises pour piano (2011)
  • Quintette pour clarinette et cordes (2010-11)

Disques

Jules Matton, Livre I – Label Fondamenta
sortie 20 avril 2018

À trente ans, le compositeur Jules Matton signe ici son premier disque.

Jules Matton signe chez Fondamenta son premier disque de musique de chambre aux côtés de Jeanne Crousaud, Yan Levionnois, Guillaume Vincent, Fleur Grüneissen, Pierre Génisson, Rémy David Yulzari et le Quatuor Debussy.

De plus en plus demandé dans le monde entier, sa musique est interprétée par les grands musiciens de sa génération (Jodie Devos, Guillaume Bellom, Thomas Dunford, Justin Taylor, Bruno Philippe, …).

Videos

Presse

Février 2019 – Classica – Sarah Léon

L’audace de la jeunesse
“Il n’hésite pas à utiliser la tonalité, à mettre Houellebecq en musique et à déployer un lyrisme tourmenté […] “ Lire l’article

28 février 2019 – Grand Prix Lycéen des Compositeurs – Simon Bernard

Une heure avec Jules Matton
“Il faut désidéaliser l’approche esthétique […]” Lire l’article

2 octobre 2018 – La Revue du Spectacle – Christine Ducq

Jules Matton, l’indompté
“L’opéra peut et doit se saisir de tout. Dans mon prochain opéra, je compte élargir ma palette vers l’utilisation de techniques de tuilage, de phasing, de bandes de sons prélevés dans notre quotidien. À un moment, le personnage principal échoue dans une boîte de nuit étouffante […] avec une masse orchestrale dodécaphonique, aux cordes intégralement divisées, posée sur un beat pulsionnel électrique extrêmement violent.” Lire l’article


6 avril 2018 – Le Figaro – Thierry Hillériteau

La fabuleuse Odyssée de Jules Matton

« A Compiègne, le jeune compositeur signe une version opératique et tout public du récit d’Homère. Aussi rafraîchissant qu’incisif. » Lire l’article

7 avril 2018 – France Musique – La chronique de Thierry Hillériteau

« L’humour caractéristique de Jules Matton[…] Un ambitieux projet, un texte poétique, actuel […] Le quatuor Debussy excellent, la soprano Jeanne Crousot irradiante en Athéna et déchirante en Pénélope […] et surtout le ténor Fabien Hyon littéralement éblouissant en Télémaque […] l’intérêt de Jules Matton pour les voix n’est pas prêt de s’éteindre et c’est tant mieux !  » à écouter

7 avril 2018 – La Croix – Emmanuelle Giuliani

« Fraîche et émouvante, percutante et poétique, l’Odyssée revue par le compositeur Jules Matton et la librettiste Marion Aubert prouve combien la géniale geste homérique peut encore toucher petits et grands. » 
Lire l’article



5 janvier 2017

« Jules Matton, 28 ans, compositeur de grand talent »


14 janvier 2016
Jules Matton était l’invité de Frédéric Taddéi dans l’émission Social Club
A réécouter ici


3 décembre 2015
Jules Matton, un compositeur entre France et États-Unis : lire l’interview

Avril 2015 –  Interview avec Jules Matton


Portraits

Crédits : © Thomas Brunot © Léa Girardin © Victor Toussaint © Anka

Biographie

Diplômé de la Juilliard School of Music and Dance de New York en 2013, Jules Matton est repéré par John Corigliano qui souligne le « talent remarquable, à la technique impeccable » de son élève. Jules Matton sera ainsi plusieurs fois salué pour son travail : il est notamment lauréat de la Fondation Marcel Bleustein-Blanchet pour la Vocation (2010), de la Bourse d’Excellence de l’Institut Catholique de Paris (2013), de la Fondation d’entreprise Banque Populaire (2015), ainsi que, en 2017, du concours Île-de-Créations (Prix du Public).

Pianiste de formation, formé auprès de Valery Sigalevitch et licencié de philosophie, Jules Matton s’associe depuis son retour parisien avec des musiciens et ensembles tels que Jérôme Pernoo, Jodie Devos, Bruno Philippe, Thomas Dunford, Anastasia Kobekina, l’Orchestre National d’Île-de-France, l’Orchestre de Picardie, la Chapelle Harmonique, etc. Il se produit dans des festivals tels les Vacances de Monsieur Haydn, le Festival Européens Jeunes Talents ou encore le Centre de Musique de Chambre de Paris, etc, et dans des salles telles le Théâtre de l’Athénée, la Salle Cortot, le Corum de Montpellier, Carnegie Hall, etc.

À l’automne 2017, repéré pour la force et la grande liberté de son langage, Jules Matton est nommé compositeur en résidence du Théâtre Impérial de Compiègne. Son premier opéra – L’Odyssée – y est créé en avril 2018, puis repris notamment à l’Opéra de Lille en décembre.

Dans la foulée de cette création, Matton signe son premier disque de musique de chambre chez Fondamenta, aux côtés de Jeanne Crousaud, Rémy David Yulzari, Guillaume Vincent, Fleur Grüneissen, Yan Levionnois, Pierre Génisson et le Quatuor Debussy. Disque récompensé en février 2019 d’un Choc Classica.

En septembre 2018, il est nommé pour le 20ème Grand Prix Lycéen des Compositeurs et, l’été 2019, il sera compositeur invité de l’Opus 39 du Festival d’Auvers-sur-Oise. Jules Matton prépare avec Anton Ljuvjine un deuxième opéra avec pour point de départ les attentats du 13 novembre 2015 au Théâtre du Bataclan.


Note d’intention

Demandez à Jules Matton pourquoi il est allé étudier outre-Atlantique, et il vous répondra qu’il s’agissait d’échapper aux carcans stylistiques de l’enseignement des conservatoires français. Il vous répondra aussi qu’à la Juilliard School of Music and Dance (New York), et malgré les défauts de l’école américaine, il rencontra un enthousiasme pour la création, ainsi qu’une liberté de langage particulièrement dépaysante. Cet enseignement, ainsi que l’intérêt profond de Matton pour les musiques minimalistes et le jazz, intégrant ses premières amours russes et françaises, l’ont aidé à préciser, à confirmer et à approfondir ses ambitions de compositeur. Quant aux étiquettes, il n’en a cure. « Classez-moi où vous voudrez : vous aurez tort », assure-t-il. « Tonal, atonal, tout cela ne signifie rien. Il n’y a qu’une musique, et elle se moque bien de l’étiquette que vous lui accolerez au front »

Si ses influences sont multiples, Matton assume être « une éponge du passé ». Il décrit Alfred Schnittke comme le plus grand compositeur de la fin du 20ème siècle, et se dit le serviteur reconnaissant de Bach, Beethoven, Mahler, Chostakovitch, Scriabine, Szymanovski, Ravel, Lutoslawski et Greif, tout en affirmant son goût prononcé pour King Crimson, Pink Floyd, Miles Davis et Keith Jarrett.

La critique ne manquera pas de pointer du doigt des différences drastiques à la surface de ses œuvres. Mais qui sait écouter décèlera un fil continu dans son langage, fait d’une unique et authentique patte. Clusters, accords agressifs de do majeur, textures épaisses, au marteau, ou transparentes, diaphanes… Sa musique est tourbillonnante, grinçante, virtuose, tendre, complexe et simple à la fois.

Ainsi joignons-nous à Anton Ljuvjine quand celui-ci nous dit dans la Liner Note du premier disque de Matton, paru le 20 avril 2018 : « Nous avons reçu l’œuvre de Jules Matton comme un cataclysme […] ».

Gabrielle Oliveira Guyon

Creations

Saison 2017 / 2018


• Création mondiale de L’Odyssée – Théâtre Impérial de Compiègne
– 5 avril 2018 à 10h et 14h
– 6 avril 2018 à 20h30
– 8 avril 2018 à 16h 

Opéra pour 12 paysages, solistes, quatuor à cordes et orphelins d’après l’oeuvre d’Homère – Commande du Théâtre Impérial
Télécharger la plaquette de présentation de L’Odyssée
+ d’infos

• 17 avril 2018 à 14h15 et 19h30 – au Théâtre du Beauvaisis Beauvais –
 L’Odyssée
+ d’infos

• 20 avril 2018 – sortie de disque

• 20 avril 2018 14h15 et 20h30 – Théâtre Jean Vilar – Saint-Quentin – L’Odyssée
+ d’infos

• 25 mai 2018 – création de la  pièce Boire à Lisbonne sur un poème de Mathias Enard pour l’ensemble de Julien Masmondet – Festival au Pays de Pierre Loti / Surgères 

• 07 juillet  2018 – Paris Jeunes Talents – L’Hôtel de Soubise
trio flûte, violoncelle, piano “Les nourritures terrestres”  par M. Calderini, Y. Levionnois et G. Bellom

Saison 2018 / 2019


• 21 novembre 2018 – Atelier de la Main d’Or
trio pour violon, violoncelle et piano par R. Koblyakov, O. Basse, E. Acurero

• 16-17 décembre 2018 – Opéra de Lille – L’Odyssée
Opéra pour 12 paysages, solistes, quatuor à cordes et orphelins d’après l’oeuvre d’Homère – Commande du Théâtre Impérial

•  14 janvier 2019 – Boire à Lisbonne sur un poème de Mathias Enard pour l’ensemble de Julien Masmondet – Théâtre de l’Athénée
avec Marion Tassou et Thomas Palmer

• Mars 2019 – Théâtre de la Croix-Rousse (Lyon) – L’Odyssée
Opéra pour 12 paysages, solistes, quatuor à cordes et orphelins d’après l’oeuvre d’Homère – Commande du Théâtre Impérial

• 2 avril 2019 – Théâtre Impérial de Compiègne
Face-à-face de Bergman dans une mise en scène de Léonard Matton

• 4 avril 2019 – Annonce du lauréat du Grand Prix Lycéen des Compositeurs

• Mai 2019 – Opéra de Quimper – L’Odyssée
Opéra pour 12 paysages, solistes, quatuor à cordes et orphelins d’après l’oeuvre d’Homère – Commande du Théâtre Impérial

Mai 2019 – Concerto Baroque pour clavecin amplifié et orchestre
Tournée avec l’orchestre de Picardie et Justin Taylor

• Juin 2019 – Festival d’Auvers-sur-Oise
Résidence & créations

 

Saison 2019 / 2020


• 2019-2020 – Opéra de Limoges – L’Odyssée

2019-2020 – Festival Amici della Musica Foligno
 résidence & créations dont une sonate No.2 pour G. Bellom

Actualite

• Février 2019 – CHOC Classica
+ d’infos

• 4 avril 2019 – Jules Matton devient Lauréat 2019 du 20e Grand Prix Lycéen des Compositeurs
– Auditorium de Radio France
+ d’infos

• Mai 2019 – Création française du Concerto Baroque, pour clavecin et orchestre
21 mai : Salle de l’Eden, Hirson
23 mai : Théâtre Impérial de Compiègne
24 mai : Maison de la Culture, Amiens
Justin Taylor clavecin Jonathan Berman direction Orchestre de Picardie


presseV2


Dernières interviews

9 avril 2019 – Profondeur de Champs – Quentin Jagorel
“Le processus créatif est érotique à l’excès […]” Lire l’article

4 avril 2019 – Concertclassic – Alain Cochard
“Jules Matton, lauréat du 20ème Grand Prix Lycéens des Compositeurs” Lire l’article

1er février 2019 – Classica – Sarah Léon
L’audace de la jeunesse
“Il n’hésite pas à utiliser la tonalité, à mettre Houellebecq en musique et à déployer un lyrisme tourmenté […] “ Lire l’article

28 février 2019 – Grand Prix Lycéen des Compositeurs – Simon Bernard
Une heure avec Jules Matton
“Il faut désidéaliser l’approche esthétique […]” Lire l’article

2 octobre 2018 – La Revue du Spectacle – Christine Ducq
Jules Matton, l’indompté
“L’opéra peut et doit se saisir de tout. Dans mon prochain opéra, je compte élargir ma palette vers l’utilisation de techniques de tuilage, de phasing, de bandes de sons prélevés dans notre quotidien. À un moment, le personnage principal échoue dans une boîte de nuit étouffante […] avec une masse orchestrale dodécaphonique, aux cordes intégralement divisées, posée sur un beat pulsionnel électrique extrêmement violent.” Lire l’article


Disque Livre 1, sortie chez Fondamenta – 20 avril 2018
“À nous Jules Matton se présente en chérubin modeste, Poil de carotte au regard léonin… C’est qu’il sait au-dedans l’énorme RACLÉE qu’il administre, avec la jubilation d’un satyre volontiers tyrannique. Échange de bons procédés oblige : puisque la culture est une tempête dans un verre d’eau, l’art devient la maison des horreurs. La féérie désenchantée pour tout de suite. Qui ne vous lâche plus.”
(Anton Ljuvjine, extrait du livret)